La preuve que vous devriez changez d’emploi!

Chaque matin, c’est le jour de la marmotte. Vous vous réveillez, vous fermez votre cadran quatre fois en ligne pour finalement vous lever en retard. Vous faites le même trajet en voiture que vous avez fait la veille et vous êtes dans le même état d’esprit : vous allez travailler à reculon. Vous vous dites sans doute, ‘‘Cr** que ça ne me tente pas!!’’ La seule motivation qui vous pousse, c’est le jeudi de la paye. Finalement, pour être clair, même si ça semble cru, vous êtes en train de mourir à petit feu. Bon… vous allez sans doute dire que j’y vais trop fort et que j’exagère. Au fond, votre job, ce n’est pas si pire que ça. Eh bien je crois que vous tentez de vous convaincre vous-même et qu’en réalité, vous n’y croyez même pas! Je vous comprends. J’ai déjà été à votre place. Pendant des années, j’ai été commis d’entrepôt et avant, j’étais caissier pour une certaine chaîne de dépanneurs ‘‘un peu’’ connue. Quand on est encore étudiant, ce n’est pas si mal. On sait que c’est un coup à donner pendant l’école. C’est un peu comme un compromis temporaire.

Mais j’ai envie de vous raconter une autre tranche de vie. À une certaine époque, j’avais encore tous mes cheveux et je ne savais plus trop ce que je voulais faire de ma vie. Un jour que je travaillais au dépanneur du hibou avec mon meilleur ami, je lui ai dit quelque chose comme ‘‘J’ai pu de motivation… Y’a plus rien qui me pousse…’’. Bon je sais, c’est un moment dans ma vie ou je me cherchais un peu. Mais pourtant! La partie la plus importante de mon travail était le service à la clientèle, donc quelque chose que je DÉTESTAIS faire en considérant que ce n’était pas pour ma propre entreprise. Quoi? Ne me dites pas que vous vous êtes reconnus!? Pas pour les ennuis capillaires j’espère… Eh bien voilà! C’est l’occasion ou jamais de changer d’emploi!

Comme disait Jean-François Lisée lors de la dernière campagne électorale, Sérieusement! Voici quelques petits exemples qui peuvent peut-être s’appliquer à votre situation. Si c’est le cas, c’est peut-être un signe!

  • Vous parlez sans cesse de démissionner, mais vous ne le faites jamais.

  • L’ambiance entre les employés est toujours négative, toxique et lourde.

  • Le domaine de votre emploi ne vous intéresse tout simplement pas.

  • Vous n’avez aucune possibilité d’avancement dans l’entreprise.

  • Vous n’êtes pas fier de parler de votre emploi.

  • Vous êtes facilement irritable.

Ça ne vous dit rien? Ok, pas de problème. Vous êtes bien dans votre routine? Je vous comprends. C’est vrai qu’on est très confortable dans notre train-train quotidien. Je vais tout de même vous laisser cette petite information ici. Avec la fameuse pénurie de main-d’œuvre, c’est vous qu’y avez l’embarras du choix! Les employeurs sont prêts à accepter VOS conditions et à vous offrir un salaire très intéressant!

Il peut aussi y avoir le stress financier. Vous savez quel montant vous allez recevoir et à quelle fréquence. Avec un nouvel emploi, qui peut être plutôt précaire les premiers mois, la sécurité financière n’est pas la même. Et si ça ne fonctionnait pas? Et si du jour où lendemain, vous n’aviez plus aucun revenu alors que les paiements s’accumulent? Je vais être franc, c’est effectivement effrayant. Pourtant, la phrase qui suit ne va peut-être pas vous plaire. Il y a des moments dans la vie où il faut prendre des risques. Vous avez sûrement entendu des millions de fois la phrase “Qui ne tente rien n’a rien!” Eh bien oui. Si vous n’essayez pas, votre vie ne changera jamais. Il y a certains moments dans la vie où il faut sauter dans le vide. C’est aussi simple que ça. Je vous le confirme, ce sont bien des phrases usées à la corde, mais parfois, il faut arrêter d’analyser et foncer.

Je ne suis pas meilleur que vous. J’ai une liste incalculable de défauts, en plus d’avoir beaucoup de difficultés à être ordonné. À l’occasion, ça arrive que mon patron me dise ‘‘Très bon ce que t’as fait aujourd’hui! J’suis ben content!’’ Encore aujourd’hui, ça me fait toujours plaisir d’entendre ça. Quand je rentre travailler le matin, j’aime mon emploi et j’ai vraiment le goût de faire un effort et de donner le meilleur de moi-même! Honnêtement, avant d’avoir ce poste, si quelqu’un m’avait dit que ce genre d’emploi existait, j’aurais été très sceptique. J’aurais sans doute répliqué que l’essentiel, c’est le salaire et on verra après pour le reste. Au risque de me répéter, c’est bien pour un an ou deux, le temps des études peut-être, mais pour une carrière à vie? Vous allez vraiment la choisir d’après le taux horaire? Tant pis si vous passez votre vie à avoir hâte au vendredi?

La question qui tue. Vous êtes-vous reconnus dans cet article? Si vous êtes déjà de mauvaise humeur à 7h le lundi matin, qu’attendez-vous? Si vous voulez savoir, ma prescription est de sauter dans le vide! Avez-vous vraiment quelque chose à perdre?

Sources:

https://www.selection.ca/carriere/15-preuves-que-votre-emploi-ne-vous-convient-peut-etre-plus/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.