Le Funambule

L’homme se mit à fixer ses mains. Il ne pouvait les empêcher de trembler. Ça le frustrait. Ne pas pouvoir contrôler son stress, pour lui, avait quelque chose d’insultant. Pourtant, il se conaissait bien. Il savait très bien que, chaque fois, c’était la même chose. Pourtant, il avait fait ses preuves à plusieurs reprises. Le spectacle qu’il offrait était parmi les meilleurs. Pourtant, chaque fois, la même question revenait. Allait-il être à la hauteur? Fait ironique, il était funambule.

Chaque fois que le moment d’embarquer sur le fil et d’impressionner arrivait, il passait par là. Mais cette fois, c’était différent. Cette fois, il prenait conscience qu’il devait être à la hauteur dans plusieurs aspects de sa vie. Sinon, il allait décevoir beaucoup de gens. Et la peur de décevoir le hantait et le mangeait de l’intérieur. Ça y était. La foule en bas l’attendait. Il se passa la main dans le visage, ferma les yeux et respira lentement. Il saisit sa longue barre de bois et mit un pied à travers la fenêtre et le posa sur ce cable de fer. Décevoir… le mot qu’il redoutait. Surtout depuis la veille. Il s’était assis à la table de la cuisine avec sa femme. Et là, elle lui avait dit. Cette fois, il n’y aurait plus de seconde chance. Il lui en restait une. Cette fois, il devait réellement surmonter son problème d’alcool. Cette fois, c’était différent. C’était sa dernière chance pour une bien simple raison: sa femme attendait leur premier enfant. S’il restait alcoolique, elle allait partir.

Au moins, ce qui faisait que c’était sa dernière chance était, par le fait même, une incroyable motivation. C’est vrai, après tout. Ne pas être à la hauteur pour son fils le pétrifiait. Carrément. Et qu’est-ce que son fils allait pouvoir tirer d’un simple père alcoolique? Oui. C’était un très bon funambule. Un des meilleurs. Assez pour qu’il gagne très bien sa vie en faisant ça. Mais avoir ce genre de vice, était-ce vraiment l’exemple qu’il allait donner à son fils? Que de boire régulièrement une trop grande quantité d’alcool était normal? Du haut de son fil d’acier, il entendit soudain les gens pousser un cri de surprise. Il revint à la réalité et se rendit compte qu’il avait fait un faux mouvement. Non. Il se recentra sur le fil. Il n’avait pas le droit à l’erreur. La plus petite pourrait lui être fatale. Un peu plus sur les nerfs, le front ruissellant de sueur, il se remit à progresser. Il en était à la moitié. Il devait être à la hauteur. Ce n’était sans doute pas la chose à faire, mais il ne put s’en empêcher. Le vent lui fouetta le visage et il vit bouger ses cheveux lorsqu’il regarda sous lui. La hauteur était impressionante. C’était maintenant un silence de mort qui reignait et l’ambiance était des plus lourdes. Il continua de progresser lentement en contrôlant sa respiration, mais porta quand même attention à son auditoire. De cette distance, il ne distinguait qu’un regroupement de petits points flous et lointains.

Comme chaque fois qu’il se prêtait à ce jeu, il avait perdu la notion du temps. À la seconde où son premier pied s’était posé sur le mince chemin d’acier. Combien de temps s’était -il écoulé? Il n’en avait pas la moindre idée. Par contre, il savait qu’il avait réussi une fois de plus et que ça avait passé à la vitesse de l’éclair. Il posa son pied droit dans le cadre de l’énorme fenêtre de la seconde bâtisse. Lachant son bâton de sa main gauche, il posa celle-ci sur ce même cadre à la hauteur de son épaule. Enfin, il entendit les spectateurs qui se mirent à applaudir lorsqu’il s’engouffra complêtement dans la fenêtre. Aujourd’hui, avoir été à la hauteur pour réussir son numéro ne l’avait pas inquiété. Du haut de ses 37 ans, il en avait l’habitude. Ne pas décevoir tous ces gens en bas l’importait, certes, mais il y avait surtout une seconde préucupation. Plus… importante. Être à la hauteur… Autant pour tous ces gens en bas, autant pour la femme merveilleuse qu’il avait épousé et autant pour son fils qui était en route : il le devait. Et pour se prouver qu’il pourrait, au moins une fois dans sa vie, être réellement fier de lui. Pouvoir se dire qu’il avait réussi à se débarasser de ce maudit vice. Oui. Par dessus tout, il devait être à la hauteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.