L’étiquette Noire

Quel genre d’adolescent est assez fou pour construire une cabane de style « cabanon » dans la cour chez ses parents ̶ sans demander la permission avant? Quand je repense à ces années-là, j’arrive pas à croire que ma mère a été si patiente. Honnêtement, si j’avais été à sa place, probablement que la mèche aurait été beaucoup plus courte. Le moins que l’on puisse dire au sujet des étapes de la construction, c’est qu’elles furent plutôt… laborieuses. Je profite aujourd’hui de l’occasion pour remercier ma mère (pour sa patience) et mon vieux chum Vince, avec qui tout le projet s’est mis en branle.

Je ne sais pas trop comment les gens se sentaient à l’époque en apercevant l’inscription « Construction FC Boubou » qui avait été soigneusement apposée à l’aide d’une canette de peinture sur la façade. Merci à mon frère pour cet ajout ô combien pertinent! Probablement que le découragement envahissait leur cœur à la vue de cette signature, mais aussi à la vue de l’ensemble de l’œuvre.

Tout de même. Le découragement de tous ces gens n’enlève rien à tous les souvenirs que nous n’oublierons jamais. Ce serait sans doute impossible de ne pas oublier d’anecdotes tirées de la mythique cabane. Il y a eu un énorme toutou de Caillou cloué sans ménagement sur la porte… Il y a eu un gars qui a tenté d’ouvrir sa bière à l’aide d’une paire de pinces de type Visegrip… (la bouteille ne mit pas un long moment avant de voler en éclats). Il y eut aussi au moins une nuit de camping au deuxième étage… Il y avait celui qui portait toujours ses chemises de ninja et qui avait ses lunettes et ses cheveux frisés. Je me souviens de mes cheveux qui étaient définitivement trop longs. Ce fut aussi l’antre des premiers baisers d’une de mes amies. Par ailleurs, le plus important, c’est qu’il s’y déroula la toute première brosse d’une gang d’amis. Je ne suis pas prêt d’oublier ces soirées, car elles se déroulaient souvent de la même façon. Tout commençait, la plupart du temps, par une visite au dépanneur du coin. On finissait toujours par réussir à se procurer une sorte de bière en particulier. Le retour à la maison était ensuite un peu laborieux, certes, mais une fois arrivés, on était content de prendre place sur le divan trois places qui avait été un peu rétréci à l’aide d’une égoïne. En fin de soirée, il n’était pas surprenant de voir le mec aux cheveux attachés dégobiller dans la haie de la cour ou de voir un des joueurs nous montrer des parties de son corps là où… le soleil ne brille pas.

Je n’ai toujours pas non plus oublié la fin de cet endroit. Confronté à une date limite où la Cabane allait partir, j’ai décidé de faire le plus gros du travail. Pour l’occasion, j’ai reçu l’aide de deux de mes vieux amis. Une fois la toiture et les murs jetés par terre, il ne restait que le plancher à détruire. Je me souviens aussi que les voyages à la décharge furent nombreux.

Aujourd’hui, en repensant à cette époque et à cet endroit mythique, il m’arrive de boire cette marque de bière là. Je me replonge alors dans ces moments où je prenais place sur un des deux divans. Je ferme les yeux et j’essaie de revoir ces panneaux de préfinis qui habillaient si bien les murs. Je revois la petite table de salon sur laquelle mon frère aimait jouer de la batterie avec tout ce qui lui tombait sous la main. Lorsque ça arrive, j’ai un large sourire en regardant l’étiquette noire sur ma bouteille.

Une réflexion au sujet de « L’étiquette Noire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.